Fleuriste. J'ai trouvé le métier de ma vie en octobre 2018. En pleine tempête, il m'est apparu comme une évidence. Formation accélérée, un Cap passé et obtenu en six mois, en juin 2019.

 

Je suis une fleuriste sans boutique, une fleuriste du sauvage, du local, de mon territoire. Installée à Arles une semaine sur deux, je glane en Camargue, je suis une adepte du riz, du roseau, des graminées. Je mixe les fleurs des champs et les fleurs de culture, les végétaux frais et secs.

 

Bouquets, compositions, suspensions, couronnes de mariée ou couronne murale, chemins de table, bouquets-objets, croix, croix de Camargue, ornements vestimentaires. J'incorpore le textile, la plume, le métal ou le papier si cela doit servir le but recherché.

Je fonctionne en pièces uniques ou en petites séries. Mes clients sont des particuliers mais aussi des boutiques.

 

Mon travail est tout à la fois sauvage et délicat. Il est enrichi de toutes mes expériences passées : stylisme, costumes, dessin, photographie, jardins, et même organisation d'événements autour des métiers d'art. Aujourd'hui, l'ensemble de ces compétences convergent vers ce métier qui remplit toute mon âme.

 

 

 

 

Luce Monier,

Retrouvez le travail de Luce Monier  :

Fleuriste d'art